Chronique de Djeretrogeek Episode 1


Salut à vous les internautes geek, gamers (j’en fais trop non ?) !!!
La semaine dernière, dans mon intro, je vous parlais d’un article qui allait porter sur notre héros plombier moustachu : MARIOOOO !!! J’ai décidé  de réaliser ce mini-dossier en deux parties : le premier sera consacré à Mario, son histoire  et quelques anecdotes qui j’espère vous plairont et la seconde partie je pense faire une petite rétrospective des jeux de Mario dans sa période rétro de la NES à la N64, d’ailleurs à ce sujet j’aurais une question à vous poser chers lecteurs mais j’y reviendrais à la fin.

Alors par où vais-je commencer ? Ah oui !!! Par la naissance du héros. Avant de devenir la mascotte incontestée (et incontestable) de Nintendo, Mario ou Jumpan à l’époque a dû faire plusieurs apparitions comme figurant (et oui ça marche comme au cinéma). Il étrenne ses premières tuniques  sur borne d’arcarde et Game and Watch avec  Donkey Kong.

 Il doit y sauver une jeune femme, Pauline (tiens c’est bizarre je connais ce scénario, je l’ai déjà vu mais où ?) des griffes d’un grand Gorille Donkey Kong. Ca vous rappelle quelque chose hein ? Ne cherchez plus c’est ni plus ni moins qu’une adaptation du célèbre film King Kong sorti en 1933.
 Dans le second épisode c’est cette fois-ci Mario qui devient le méchant en enlevant Donkey, et c’est Donkey Jr qui s’emploie à le sauver. J’avoue que ce scénario a brisé l’image si formidable de Mario : un héros qui enlève des animaux pour les séquestrer,  rahhhh !!! Enfin bref ma colère passée je peux reprendre dans la joie et la bonne humeur.

S’en suive d’autres apparitions  sur Game and Watch, j’oublie volontairement les « feats » de Mario dans le milieu du sport, puzzle etc. D’ailleurs ça me donne une idée pourquoi pas vous reparler de ces adaptations dans une autre partie tiens ?! Le premier jeu à porter officiellement le nom de Mario incluant la première apparition de son frère Luigi est Mario Bros™.
Sorti en 1983 d’abord sur borne d’arcade, puis  Game and Watch™, ce jeu au scénario très simple (comme les autres épisodes d’ailleurs) conduit deux plombiers : Mario et son frère Luigi à enquêter dans les égouts de New York. On retrouve trois types d’ennemis, Les niveaux comportent plusieurs étages dans lesquels les ennemis peuvent emprunter les tuyaux pour passer de l’étage inférieur à l’étage supérieur, et inversement. Sauter et courir sont les seuls mécanismes de gameplay de Mario Bros™ Il est possible de sortir d’un côté de l’écran pour apparaître de l’autre côté. Pour finir la partie il faut vaincre les ennemis, mais on ne peut leur sauter dessus, il faut passer par en dessous et les frapper quand il passe sur la plateforme. 

Ce jeu sera inclus d’ailleurs dans le jeu Super mario All Stars ™ et Super Mario Advance™.
Alors là attention mesdames et messieurs, l’heure de gloire a sonné !!!!! Roulements de tambour tous au garde à vous !!! D’accord je m’emporte mais c’est normal comment peut on être un retro game et être insensible à ce moment de l’Histoire ! En effet, le 15 mai 1987 soit deux ans  après sa sortie au japon, débarque sur Nintendo Entertainment Système ™(NES) Super Mario Bros™.

Pour ma part, ce jeu de plate-forme à révolutionné le jeu vidéo. Sortie de la fantastique imagination de Shigeru Miyamoto  tout y est : le scrolling horizontal, les couleurs vives, un bon nombre d’ennemis, le boss pour finir le monde,  les environnements différents tels que l’eau, les châteaux.  Le sentiment de partir à l’AVENTURE  quoi !!! Vendu à 40 millions d’exemplaires c’est le second jeu le plus vendu au monde derrière Wii Sports™(plus de 45 millions d’exemplaires).

Avant de continuer son évolution vers une machine plus puissante, notre plombier a connu 2 suites, enfin non 3 euh…. Ah c’est assez compliqué. Le vrai super Mario Bros 2 : The Lost Levels™ est sorti au japon dès 1986 : la difficulté est bien plus élevée que dans le premier opus mais le level design reste le même. Seul petit changement, on peut choisir d’incarner soit Mario ou soit Luigi mais impossible de faire l’aventure en duo.  Nous pauvres européens ne connaîtront ce soft qu’avec la sortie de Super Mario All Stars™ mi-décembre 1993. Etait-ce vraiment une perte, perso je ne crois pas. A la place, nous avons vu squatter dans nos rayons en 1989, un autre Super Mario Bros 2™.

« Oh my godness », si j’avais su ce que cela signifiait quand j’étais gosse c’est sûrement ce que j’aurais dit lorsque j’ai mis la cartouche dans la console ! Mais enfin c’est vrai quoi on se retrouve dans un monde qui n’a rien à voir avec un champignon, ni avec une princesse un peu neuneu qui se fait enlever tout le temps. Attends…. Mais pas de Bowser, pas de koopa mais euhh, à l’époque j’ai cru que j’allais rendre le jeu en disant qu’il y avait une erreur de boîte. Bon allez soyons un peu indulgent,  premier monde , réflexe je saute sur les ennemis : que dalle, il fallait les attraper ou les assommer avec des légumes. Les boss n’ont rien de commun !

Allez promis j’arrête, ce n’est pas une biographie  de ma jeunesse vidéo ludiques (rires). En fait ce soft est une adaptation européanisée (si si ça existe ce mot ) d’un jeu nommé Yume Kōjō: Doki Doki Panikku™ (à tes souhaits) sorti en 1987 au Japon. Au fur et à mesure de l’avancement du projet, Miyamoto trouve que ce serait une bonne idée d’en faire un jeu Mario, une suite. Ne voulant pas apporter de trops grands changements, l’équipe se contente juste de maquiller les decors et personnage en Mario. Une drôle d’idée mais qui a donné naissance à de nouveaux ennemis et permis pour la première fois d’incarner Toad et surtout la belle princesse Peach.

En même temps, Miyamoto supervise un autre projet des plus ambitieux : Super Mario Bros 3™, ce sera le dernier épisode de la 8 bits. Nintendo veut frapper un grand coup et y parvient facilement. Autant SMB™ avait su révolutionner le jeu vidéo , autant là nous entrons dans une nouvelle dimension. Toujours 8 mondes à parcourir d’accord mais si l’on se dit qu’ils contiennent chacun une multitude de niveaux, des nouveaux ennemis et transformations et l’appartion de la map world alors là !!! Que peut-on dire sur cette nouvelle œuvre, à part qu’elle est toujours considérée comme le meilleur jeu Mario de tous les temps. Je m’attarderais sur ces jeux une prochaine fois.

Miyamoto a le don de donner des vertiges à tous les gamers des années 80-90. Je m’explique, à peine remis d’une trilogie dantesque sur la NES™ que voilà une nouvelle console sortie sur nos terres le 11 avril 1992, j’ai nommé la Super Nintendo™ (SNES). Petit bijou de technologie, elle accueillera deux aventures de  mario, La première Super mario World encore un coup de génie que je détaillerais plus tard, véritable évolution de son prédécesseur et Super Mario All Stars qui n’est autre qu’une collection  des jeux NES remasterisés. Un vrai, plaisir, je m’engage à vous en parler dans la prochaine chronique.
Avant de finir (j’espère ne pas vous avoir saoulé avant lol), je souhaiterais vous mettre à contribution amis gamers en vous posant cette question : Pour vous qu’est-ce que le rétro gaming, Ça commence quand, ça fini quand ? Donnez vos idées n’hésitez pas. D’ici là gardez la pêche et continuez de jouer !!!

Merci de me suivre et merci aussi à l’équipe d’Esprit Geek.
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*