CHRONIQUE DE DJERETROGEEK EPISODE 16 – Mortal Kombat

Console : Super Nintendo, Mega Drive, Game boy, Master System, Game Gear et Mega CD /Editeur : Acclaim
Développeur : MIDWAY/Date de sortie : 1993
Genre : Baston/1ou 2 joueurs

La semaine dernière, j’avais eu une inspiration soudaine pour la réflexion sur le retro. Mais cette semaine, je reprends la formule classique de ma chronique : parler de rétrogaming et si possible de jeu qui ont marqué à leur manière l’Histoire avec un grand H du jeu vidéo.
J’avais déjà parlé de Street Fighter II dans l’épisode 7. Une bien belle révolution, mais un peu trop édulcorée pour certains, notamment Ed Boon et John Tobias. Pour contrer CAPCOM , ils décidèrent de créer un jeu de baston bien plus sombre et sanglant. C’est ainsi que naquit Mortal Kombat premier du nom !!!
Avant de parler graphisme et gameplay, un peu d’Histoire : il y a 500 ans un tournoi Shaolin a été interrompu par une vile créature mi-homme, mi-bête nommée Goro qui remporta le titre aux dépends de Kung Lao.Il le resta durant les cinq siècles suivants. Une réussite pour Shang Tsung qui voulait plonger la terre dans le chaos d’Outre Monde. Liu Kang a été choisi par les Shaolins pour remporter le tournoi et rétablir l’équilibre entre ces deux mondes. D’autres personnages suivirent tels Johnny Cage et Sonia Blade. Mais arrêtons-nous là pour l’Histoire, dans tous les jeux de bastons on sait bien que ce ne sera pas l’atout essentiel. Comme dans SFII chaque combattant possède son histoire et une fin qui lui est propre.

L’écran de sélectiion des persos, qui vaincra Goro ?
Le jeu comporte 7 personnages jouables et 3 non jouables que sont Goro, Shang Tsung et Reptile un adversaire caché. 1 seul mode de jeu est disponible : le mode Tournament semblable à celui de son concurrent. Les innovations vont bon train pour ce soft, partons d’abord sur le graphisme. Contrairement à SF II qui a des dessins fait main, Mortal Kombat utilise des images digitalisées à partir de prises de vue d’acteurs exécutant réellement les mouvements. Technique qui sera reprise plusieurs fois dans d’autres jeux avec peu de succès (Time Cop ou Batman et Robin sur SNES).
Cela donnait de belles images plutôt réalistes et donnait une autre dimension au combat. L’autre grosse innovation du gameplay, the marque de fabrique du jeu : les FATALITY !!!! Vous savez le « FINISH HIM/HER » littéralement achèves-le/la. Une bonne finition gore difficile à exécuter, oh que oui combien de fois j’ai grillé un fusible à vouloir finir absolument sur ça mais hélas je finissais souvent sur un uppercut histoire de pas paraître trop naze. Bref revenons à nos moutons, c’était jouissif de finir comme ça, on se souvient du baiser de la mort de Sonia, du corps calciné testé et approuvé par Scorpion. Que de bons souvenirs.

Une bonne fatality pour finir
Autre petit trucs sympa, le petit jeu Test Your Might », littéralement teste ta puissance (oui pour écrire des chroniques, il faut être bilingue…..ou connaître l’adresse d’un bon traducteur) qui demandait du réflexe pour briser les briques. La prise en main n’était pas simple et il fallait de l’entraînement surtout pour les Fatalités. En plus, à l’époque, nous n’avions pas le net pour les listes, il fallait fouiller dans les mags ou échanger avec des potes.

Test Your Might !!!
Ce jeu connu un réel succès et eu droit à beaucoup de suite, encore aujourd’hui, nous guettons avec attention les infos sur Mortal Kombat X. je vais vous laisser chers amis gamers et espère que vous passez un bon moment en lisant mes chroniques. En tout cas moi j’adore replonger dans cette fabuleuse époque, à la semaine prochaine pour une nouvelle chroniques.

Verdict : 17/20 (c’est la difficulté des Fatalités qui m’empêche de mettre un 20/20) 
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*