CHRONIQUE DE DJERETROGEEK EPISODE 20 – Teenage Mutant Hero Turtles


Console : Nintendo NES /Editeur : Konami/Parution : 12 mai 1989
Genre : plate-forme, action/1 joueur Développeur : PALCOM SOFWARE*

*Petit aparté avant de se lancer dans l’introduction. Innocemment je prenais la boîte du jeu dans mon placard quand soudain quelque chose m’attira : le nom du développeur : PALCOM SOFTWARE !!!! Oui je l’écris en majuscule pour l’effet tragique. Bon revenons à notre sujet. Je n’arrivais pas à me souvenir de cette compagnie. Et comme j’aime bien vous faire partager des infos je suis parti à la pêche au Palcom et j’ai trouvé l’explication : à l’époque pour contourner les restrictions de Nintendo Of America qui interdisaient aux développeurs de sortir plus de 5 jeux par an sur leur console, Konami créa en 1988 1 filiale aux USA : ULTRA SOFTWARE et 1 en Europe la fâmeuse PALCOM SOFTWARE.Ltd. Et pour les conversions sur micro, elle faisait sous-traiter par des compagnies comme OCEAN SOFTWARE. Voilà pour la petite anecdote, une chronique c’est sympa mais c’est mieux si on apprend quelque chose non ? Allez magnéto Serge !


Le logo de la filiale Européenne de Konami

Salut à tous les gamers, j’espère que vous passez où que vous avez passé de bonnes vacances et que vous êtes prêts à retrouve le monde du rétro ? En tout cas j’ai la pêche et je suis plein d’idées pour faire avancer la chronique. Aujourd’hui, nous allons parler d’un jeu particulier qui a vraiment marqué une génération de retrogamers et de fans d’animés que nous sommes. Souvent décrié à juste titre pour ses bugs et sa difficulté de dingue, je vous présente « TeenageMutant Hero Turtles » sur notre bonne vieille NES.
Non je vous en supplie ne cliquez pas sur la petite croix en haut à droite de votre écran, soyez patients (rires). Ce jeu est sorti le 12mai 1989 sur la Nintendo Entertainment System et est directement adapté du dessin animé diffusé quasiment en même temps sur Canal +. Personnellement il m’a marqué car ce fut mon premier jeu avant Super Mario bros, j’y ai joué des heures et des heures jusqu’à ce que mon système nerveux ne le tolère plus, sérieusement il faut être accroché quand on est un gamin même super fan de la série.
Au niveau du scénario, 4 tortues : Donatello, Léonardo, Raphael et Michelangelo devenues presque humaines à cause d’un liquide mutagène vont devoir combattre des robots carnivores et autres ninjitsu issus du clan des foot (je préfère la version US, le clan des pieds je trouve que ça le fait moins) et délivrer New York de l’emprise de Schreder. L’histoire va quelque peut évoluer au cours de l’avancement puisque la charmante April O’Neill et votre vieux maître Splinter vont tour à tour être enlevés. De quoi vous occuper quelques heures : oh que oui !!!!!!


Vous pourrez compter sur les conseils de votre maître et sélectionner vos persos.

Difficile de faire un comparatifs : points positifs et négatifs puisque dans chaque truc sympa, y’a un truc qui cloche : la possibilité de jouer avec les 4 tortues est plutôt sympa: chacun ayant des aptitudes spéciales avec son arme. Donatello est sûrement le plus efficace puisqu’il peut facilement venir à bout des boss (parfois c’est presque ridicule de facilité) et Raph, lui est vraiment je dirais presque inutile avec ses Sai à très courte portée, les autres sont dans la moyenne on va dire.

Côté graphismes, c’est du bon travail pour de la 8 bits, les personnages sont facilement reconnaissables, les décors sont sympas mais puti qu’est-ce qu’ils sont répétitifs. La musique d’intro est un petit bijou je l’ai encore en tête, puis lorsque l’on joue elle devient vite lassante surtout cette sacrée sonnerie de réveil que l’on entend lorsque l’on a presque perdu toute sa barre de vie. Arrrgh pitié que ça s’arrête, je me souviens étant gamin je préférais voir mourir mon perso que de supporter cela.


Une vue du dessus vous accompagnera entre les niveaux
Maintenant attaquons le gameplay du soft. Il est tout simplement terrifiant, tellement la difficulté est élevée, chaque joueur se souviendra d’un passage, celui du barrage dans lequel il fallait désamorcer des bombes sans se faire griller la carapace par un arc électrique. Et les sauts à effectuer avec un tout petit espace où il fallait recommencer 10 fois avant de réussir !!!! Le jeu est composé au total de 6 niveaux passant du quartier du Bronx au Technodrome. Le truc paradoxale c’est que autant les niveaux demandent des compétences non humaines pour être finis autant les boss, votre petite sœur pourra le passer tranquille.


Allez encore un petit effort, on y est presque

C’est ce que je retiendrais de ce jeu, il est rempli de bonnes idées mal exploitées, c’est dommage par contre pour les hardcore gamers ça représente un vrai challenge. J’ai appris que le jeu a disparu du catalogue de la Wiià cause d’un problème de licence, dommage pour les jeunes d’aujourd’hui qui auraient pu en profiter.
Sur ce je vous laisse j’espère que la reprise n’aura pas été trop dure les amis. Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle chronique de Djeretrogeek.
Verdict : 10/20

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*