CHRONIQUE DE DJERETROGEEK EPISODE 30 : alone in the dark a new nightmare

Console : PS One, PS2, Dreamcast, PC et Game Boy Color  /Editeur : Infogrames/Parution : 18 mai 2001
Genre : survival horror/ 1 joueur Développeur : Darkworks
Salut à tous les amis retrogamers et les retrogameuses bien sûr !!! Cela faisait un petit bout de temps n’est-ce pas ? La vie c’est comme les jeux vidéos parfois, on se retrouve face à des énigmes qu’on ne peut pas résoudre de suite de plus on a pas toujours l’action replay qui va avec (rires). Enfin l’important c’est que je puisse vous retrouver et vous faire partager mes expériences du jeu vidéo à l’ancienne.
J’imagine déjà certains d’entre vous dire que Alone in the Dark ce n’est pas un vieux jeu, que c’est de la 3D et patati et patata. Mais comme dirait mon vieil ami Jacquouille la fripouille : « ah que neni ». Alone in the Dark premier du nom sorti en 1992 est le précurseur du genre survival horror. Un petit bijou sorti tout droit du génial cerveau de Frédéric Raynal. Ce jeu a fait l’effet d’une bombe à sa sortie : un scénario bien ficelé avec du suspense et de quoi vous faire frissonner et surtout pour la première fois un héro entièrement en 3D évoluant dans un univers 3D pré calculé. Tout avait si bien commencé…. Jusqu’à une brouille entre Raynal et sa direction qui le força à quitter l’équipe, ne vienne tout gâcher. Le second et troisième opus sont considérés comme de véritables navets. Il vous suffit de regarder des vidéos pour ne pas avoir envie d’y jouer. C’est pourquoi le quatrième opus était attendu.
 
Frédéric Raynal, génial inventeur d’Alone in the Dark
Cette petite mise au point faite sur la série, passons aux choses sérieuses. En ce beau temps du mois d’avril : il fait bon, le soleil brille et pourtant je vous propose un beau voyage sur l’île maudite de Shadow Island. Sympa non comme destination. Il n’y a pas de club Med mais un beau comité d’accueil (zombies, chiens de combat, créatures de l’ombre) vous attend.
L’histoire de cet opus débute le 31 octobre 2001 (vraiment ?) le célèbre détective Edward Carnby (ou plutôt sa réincarnation) apprend la mort de son meilleur ami Charles Fiske tué d’une balle sur l’ile. Pour éclaircir ce mystère, il s’y rend en avion. Pendant son voyage il fait la connaissance de l’autre protagoniste du jeu, la ravissante Aline Cédrac. Cette jeune femme anthropologue, elle cherche à traduire les mystérieuses tablettes de la tribu Abkanis. Mais en fait c’est une raison bien plus trouble qui la motive. Nos deux amis survolent Shadow Island quand soudain une créature inconnue attaque l’appareil et le force à s’écraser. Carnby s’écrase dans un jardin prêt du manoir et Aline atterrit directement sur le toit du manoir. Rien qu’avec ce scénario on est déjà dans l’ambiance.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le choix entre deux personnages mais aussi deux histoires différentes
Vous aurez donc le choix de démarrer avec l’un des deux personnages. Et croyez-moi ce n’est pas anodin, en réalité lorsque l’on analyse bien le gameplay, on se rend compte que chacun des deux personnages correspond à un niveau de difficulté. Aline représente le mode normal et Edward le mode plus ardu. Et vive les clichés misogynes, je plaisante bien entendu. Ces deux aventures sont bien différentes l’une de l’autre mais se complète. Avec Aline, le jeu sera plus axé sur la résolution d’énigme, les échanges avec les personnages (même si ils sont peu nombreux et sociables) il y aura peu d’action, Edward, lui fera moins dans la dentelle : gros flingues, munitions et boum les zombies !!!! Pas de place à la recherche d’énigmes, il s’intéressera un peu à la famille Morton histoire de sortir de cet enfer mais c’est tout.
Certains passages seront manifestement compliqués, surtout au niveau de la grande bibliothèque (j’avoue que j’aimerais pas en gérer le rayonnage) qui demandera de pas mal étudier les documents ramassés et de bien gérer les autres « surprises » prévues. Un autre gros point positif : la communication entre les personnages : tantôt les cinématiques se lancent automatiquement, tantôt il faut les activer à l’aide d’une touche. En plus de créer une ambiance , ces conversations sont loin d’être futiles(d’accord le plan drague entre les deux prête à sourire mais bon on peut pas en vouloir à Carnby) et vous apportera de rares mais précieux indices. Je pense surtout à l’aventure se déroulant hors du manoir.
 
 
Une fois sorti du manoir, l’horreur ne fera que s’intensifier
Dans la version Ps one, il y a deux CD : le manoir et le reste de l’Ile. C’est vraiment très bien fait, une fois sorti de la demeure peu ragoutante des Morton, nous croyons êtres sauvés alors que dans le CD 2, nos héros seront confrontés à bien pire. Une visite de fort abandonné à la sauce savant fou ou une visite de laboratoire bien dark…. Mais ça je vous le laisserais découvrir par vous-même. Je vous avoue que je n’ai pas été très objectif dans cette chronique parce que j’ai pris un plaisir non dissimulé à refaire les deux aventures pour cette vous sur la playstation 2. Bon il faut bien mettre un ptit bémol à ce paradis : je trouve l’aventure trop courte et un peu simple par moments. Les graphismes sont somptueux pour une playstation et que dire de la musique. A la fin du jeu nous avons le droit à un morceau inédit que je vous invite à apprécier et l’ambiance sonore contribue au succès du jeu.
Si comme moi vous êtes fans de cette ambiance ou si par un quelconque miracle, cette chronique vous a donné envie de découvrir ce jeu, je vous conseille de vous procurer le guide officiel, véritable bible des secrets du jeu allant de la création à des anecdotes sur le scénario tout y passe, plaisir garanti. Je n’aime pas faire de la pub dans les articles mais là,cela en vaut le coup. Avant de refermer définitivement cette chronique, je voulais adresser un gros MERCI à tous, les lecteurs et à l’équipe d’Esprit Geek qui me fait confiance. Je vous dis à très bientôt… Enfin si j’arrive à sortir vivant de l’île de Shadow Island !!!!!!!
 
Graphismes : 15/20
Bande sonore : 15/20
Durée de vie : 10/20
Et aujourd’hui : 12/20
Note finale : 13/20


Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*